Blog antirouille - MINIUM

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Quand le coeur fait boum... la musique

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 13 avril 2007

La meilleure des radios

Aujourd'hui, la radio que je préfère fête ses 25 ans d'existence.

C'est un grand repos pour les oreilles quand des morceaux qu'on entend peu ailleurs s'enchaînent sans paroles, les styles variant en fonction des heures. C'est un ovni qui s'invite quand au détour des programmes apparaît une émission parlée. Les propos et la manière de les énoncer ne ressemblent à aucune des autres radios qui existe. Elle me fait un peu penser aux radios montées de bric et de broc qui fleurissaient dans les belles années de la radio libre, ou à France Culture il y a 20 ans.

Les informations sont celles de RFI, des faits sans parti-pris, ça relativise l'actualité française .

La pub : des annonces non agressives qui informent de manifestations (stage pour reconnaître les oiseaux, bien-être, foire aux légumes bios...). On se retrouve bien dans l'air du temps de l'altermondialisme et de la décroissance raisonnée.

Mais malheureusement pour vous à moins d'être proches de l'Ardèche, vous ne pourrez pas écouter ce que ça donne, il n'est pas possible d'écouter la radio en ligne. ça viendra, disent-ils.

http://www.frequence7.com/prog.htm

vendredi 19 janvier 2007

Repenti

La chanson qui m'a inspiré une partie du billet d'hier est celle de Pierre Lapointe : "Deux par deux rassemblés". En effet, la mélodie est très très belle, la voix aussi, les arrangements et les violons m'ensorcellent. Mais je n'en recopierai pas les paroles pour deux raisons :
- parce qu'Annita les a publiées il y a peu
- parce qu'elles ne veulent rien dire
Oui, je suis méchante. Mais envoûtée par la chanson, j'ai cherché à en savoir un peu plus sur son auteur qui a l'air très sympa au demeurant (hein, pourquoi pas "au demeurant ?"). Et je suis tombée sur une interview où il disait lui-même que ses paroles ne voulaient rien dire de spécial, ce que je veux bien croire quand je lis
même les yeux le cœur aveuglés
par l’alcool de sang troublé
par le frère de l’huître scellée
Mais c'est après que j'ai reçu le coup de grâce, quand j'ai lu ses commentaires sur les arrangements. ça donnait à peu près ça : "On va faire lourd, plus on en met, mieux ça marche".
Bon. C'est loin de la spontanéité que j'apprécie dans la démarche musicale. Dommage :-)

J'ai entendu une autre chanson qui m'a accrochée, dans une atmosphère plus intimiste, dans un tout autre style en fait. J'aime l'ambiance, j'aime le peu de mots qui me transportent en un clin d'oeil dans les situations romanesques évoquées, j'aime la petite tristesse.
Le bonhomme c'est Renan Luce (il a été en première partie de Benabar récemment), la chanson a pour titre "Repenti", et celle-là, j'en mets les paroles, je saurai ou les retrouver.

Des spaghettis, de la sauce tomate
Dans la banlieue nord de Dijon
J'ai choisi la voie diplomate
Qui m'a évité la prison

Ça fait 20 ans que je me cache
Et je pensais vivre bien moins
Le FBI remplit sa tache :
La protection d'un témoin

Repenti
J'ai trahi

J'aurais bien pû casser des pierres
Au pénitencier du Texas
Mais je me finis à la bière
Dans un PMU bien moins classe

Tous les soirs on remplit mon verre
Et on rigole, on me salit
Quand je raconte mes tours de verre
Ma vie à Little Italy

Repenti
J'ai trahi

Mafioso jusqu'au bout des ongles
Je suis devenu le pochtron du coin
Quand les hommes de main de mon oncle
Recherchent Tony-les-deux-poings

Dans les premiers mois de ma planque
J'ai cru que ma vie serait la même
En recréant ce qui me manque
De ma Sicile américaine

J'ai aidé quelques connaissances
Dans leurs querelles de voisinage
Deux trois corps imbibés d'essence
Quelques accidents de ménage

Repenti
J'ai trahi

Mafioso jusqu'au bout des ongles
Je suis devenu le pochtron du coin
Quand les hommes de main de mon oncle
Recherchent Tony-les-deux-poings

Quand mes petits voisins, des frères et soeurs
Me montraient leur carnet de notes
Je rencontrais leur professeur
Et prélevais quelques quenottes

Mais aujourd'hui je suis trop vieux
Je m'occupe de mes hortensias
C'est étrange comme ils poussent mieux
Qu'ai-je bien pu donc enterrer là ?

Repenti
J'ai trahi

Dans les fourrés, quelque chose bouge
J'aperçois l'ombre d'un sniper
Sur ma poitrine une lumière rouge
Je t'attendais, je n'ai pas peur

Qu'on m'allonge sur mon lit
Sur mon coeur une fleur d'hortensia
Je vais revoir le Stromboli
Je vais oublier la Mafia

Repenti
J'ai trahi

  • Je n'inclus pas de vidéos ou de chansons à écouter parce que comme j'en ai une toute petite (de connexion), je ne me suis jamais penchée sur le principe. Je ne mets pas non plus le lien vers le site officiel de Renan Luce parce que les sites en Flash où tu attends 1/2h avant d'avoir accès à des trucs qui ne marchent pas, ça m'éneeeeeerve ! :o)

mardi 16 janvier 2007

Les craquements du fleuve

Le chaos émotionnel qui se profilait depuis quelques temps pourrait laisser place à un engouement, un enthousiasme profond comme j’en ai eu souvent pour des chanteurs à la première écoute d'une chanson. Comme il y a eu Miossec, par exemple, avant qu'il soit connu.

Le premier morceau entendu la nuit, qui me fige, tous sens en éveil, vagues de frissons dans le dos et chair de poule sur les bras.
Il se confirme par la suite que j’apprécie réellement le travail d’un acteur, d’un chanteur, de quelqu’un qui écrit, que leur création touche du doigt des choses profondément enfouies en moi, dans une autre dimension temporelle c’est certain, mais parfois spatiale ou clonique, une autre moi-même.

Est-ce que j’ai perdu cet instinct ? L’ai-je endormi ?
Ma confrontation récente à la maladie et à la mort m’a-t-elle forcé à écarter la couverture d’endorphines dans laquelle je me drapais ? Est-ce que je sors d’un cycle difficile et qu’une année dans cette vallée m’a permis de récupérer à la fois de la sérénité et la capacité de m’émouvoir ?

J’ai très souvent peur que les accrocs de la vie m’enferment dans la dépression. J’espère qu’au contraire il pourra en sortir de l’écriture. Des mots, des mots, et si possible des sons.

lundi 21 août 2006

ROCK (suite) - Voir photo jointe

Le groupe aurait prévenu (pas nous malheureusement) il y a 4 jours qu'ils trouvaient la scène pas assez large. ça sent surtout la fin de tournée et les mecs qui en ont plein les baskets. Pour le moment, ils baissent dans mon estime. Enfin, attendons d'en savoir plus...

dimanche 20 août 2006

ROCK

Demain -ce soir- je vais au concert de FF (Franz Ferdinand). C'est le bordel de préparer tout ça (avoir de l'essence, coller l'assurance, pas boire -heuh oui, ça c'est faisable- trouver l'antivol, bref, toutes ces conneries, quoi :o)

En fait j'y vais parce que c'est à environ 1 h de chez moi et dans un théatre antique. On a mal et froid au cul si on reste assis mais c'est en extérieur et dans un lieu magique, pas dans une salle nouvelle dont le plafond est crado d'être trop bas...

Le dernier concert de groupe rock que j'ai vu dans ces conditions très près de hez moi, c'était Noir Désir à Vaison. ça fait vraiment bizarre de savoir que c'est ce soir-là qu'ils se sont rencontrés Marie et lui...