Avant d'emménager il y a presque un an au milieu de quelques meubles de famille, je n'en avais jamais eu d'anciens ni de massifs. Déjà, j'ai plutôt du goût pour les choses simples et fonctionnelles, et puis ce n'est pas un domaine où j'investis. Le mobilier s'est constitué au fil des dons, de la récupération et des super-promos d'étagères en kit à 15 euros.

Eh bien il semblerait que ces meubles –qui ne sont pas réellement âgés mais qui ont parfois une histoire- aient leur vie propre, et même respirent comme nous :o) Cet été, je livrais une guerre sans merci à la chaleur. J'ouvrais les fenêtres dès qu'il faisait plus frais à l'extérieur, je créais des courants d'air dont le trajet était savamment étudié, j'ai parfois changé de pièce pour dormir… et j'ai découvert qu'ils émettaient des craquements aux moments où moi aussi je percevais les changements d'atmosphère, comme s'ils exhalaient leur lassitude d'un soupir.

Je croyais donc les connaître, au moins un peu, surtout cette armoire : depuis un an, je pose les yeux sur elle plusieurs heures par jour. Non pas que je la trouve spécialement belle, mais à cause de la configuration de la pièce. Pas très ancienne, ni belle ni moche à mon goût, haute, elle a deux miroirs sur les portes. Une sorte de sculpture baroque orne le sommet et une planche décore le bas, entre les 2 pieds (ça se voit que je n'y connais rien ?). Elle n'est pas très profonde, m'obligeant à plier mon linge en 3 au lieu de 2. Ses portes grincent d'une manière qui m'est désagréable, mais doivent être grandes ouvertes pour accéder au lourd et minuscule tiroir que j'ouvre à l'aide d'un tournevis ou d'une ficelle. En résumé, je ne lui portais pas d’affection spécifique, mais je suis en train de la reconsidérer.

Ce soir, je me dis que je vais glisser l’aspirateur dessous, par flemme d’aller le ranger. Je vise l’endroit où la découpe de la planche est la plus haute, il est possible que ça passe au millimètre, et oh ! Surprise ! La planche bouge un peu, tout le bas est un tiroir !! Ni mon copain ni moi qui sommes plutôt curieux n’avons soupçonné ça ! Et que dire des chats qui font des pattes antérieures et postérieures pour y rentrer, en reniflent le bas des portes pendant des heures et n’ont jamais manifesté le moindre intérêt pour cette partie basse.

J’aime quand les choses qu’on connaît depuis longtemps nous apportent encore des surprises.