Tout d'abord, je tiens à signaler que j'ai supprimé de mes mollets les poils avec lesquels je commençais à pouvoir faire des tresses ! Oui, c'est l'hiver, tout ça, ça passe au second plan...et puis j'ai pris mon courage à une dizaine de doigts. Eh ben c'est que je regrette maintenant ! Les températures ont bien baissé, et mes guibolles imberbes contre les draps ça fait FROID ! Je regrette mes touffes de mammouth !

Sinon, à notre époque, il est de bon ton de faire une chasse effrénée aux poils, épilation totale, définitive... aussi bien pour la gent féminine que pour les hommes. En effet, ces derniers sont les nouvelles victimes de la mode hygiéniste, esthéticienne, et ceux qui se bichonnent constituent un phénomène dans les magazines psycho/féminins et sont qualifiés de "metrosexuels".

Mais ! Il y a un groupe d'irréductibles. Que ce soit par paresse, négligence ou idéologie, certains se refusent à l'utilisation des déodorants. Alors oui, ça peut être cancérigène, et c'est pas terrible pour la planète, mais sincèrement, si vous voulez vous trouver une copine, je vous conseille gentiment de faire quelques concessions. Une odeur d'aisselles peut être un véritable tue-l'amour !

En ce qui me concerne, je suis confrontée un à problème légèrement différent : mon homme s'achète souvent par inadvertance des déodorants "Sport des îles", "épices sensuels" ou le fameux "musc". Pendant 2h, l'atmosphère de la maison évoque les fils d'agriculteurs qui vont danser en boîte le samedi soir :o)