La chanson qui m'a inspiré une partie du billet d'hier est celle de Pierre Lapointe : "Deux par deux rassemblés". En effet, la mélodie est très très belle, la voix aussi, les arrangements et les violons m'ensorcellent. Mais je n'en recopierai pas les paroles pour deux raisons :
- parce qu'Annita les a publiées il y a peu
- parce qu'elles ne veulent rien dire
Oui, je suis méchante. Mais envoûtée par la chanson, j'ai cherché à en savoir un peu plus sur son auteur qui a l'air très sympa au demeurant (hein, pourquoi pas "au demeurant ?"). Et je suis tombée sur une interview où il disait lui-même que ses paroles ne voulaient rien dire de spécial, ce que je veux bien croire quand je lis
même les yeux le cœur aveuglés
par l’alcool de sang troublé
par le frère de l’huître scellée
Mais c'est après que j'ai reçu le coup de grâce, quand j'ai lu ses commentaires sur les arrangements. ça donnait à peu près ça : "On va faire lourd, plus on en met, mieux ça marche".
Bon. C'est loin de la spontanéité que j'apprécie dans la démarche musicale. Dommage :-)

J'ai entendu une autre chanson qui m'a accrochée, dans une atmosphère plus intimiste, dans un tout autre style en fait. J'aime l'ambiance, j'aime le peu de mots qui me transportent en un clin d'oeil dans les situations romanesques évoquées, j'aime la petite tristesse.
Le bonhomme c'est Renan Luce (il a été en première partie de Benabar récemment), la chanson a pour titre "Repenti", et celle-là, j'en mets les paroles, je saurai ou les retrouver.

Des spaghettis, de la sauce tomate
Dans la banlieue nord de Dijon
J'ai choisi la voie diplomate
Qui m'a évité la prison

Ça fait 20 ans que je me cache
Et je pensais vivre bien moins
Le FBI remplit sa tache :
La protection d'un témoin

Repenti
J'ai trahi

J'aurais bien pû casser des pierres
Au pénitencier du Texas
Mais je me finis à la bière
Dans un PMU bien moins classe

Tous les soirs on remplit mon verre
Et on rigole, on me salit
Quand je raconte mes tours de verre
Ma vie à Little Italy

Repenti
J'ai trahi

Mafioso jusqu'au bout des ongles
Je suis devenu le pochtron du coin
Quand les hommes de main de mon oncle
Recherchent Tony-les-deux-poings

Dans les premiers mois de ma planque
J'ai cru que ma vie serait la même
En recréant ce qui me manque
De ma Sicile américaine

J'ai aidé quelques connaissances
Dans leurs querelles de voisinage
Deux trois corps imbibés d'essence
Quelques accidents de ménage

Repenti
J'ai trahi

Mafioso jusqu'au bout des ongles
Je suis devenu le pochtron du coin
Quand les hommes de main de mon oncle
Recherchent Tony-les-deux-poings

Quand mes petits voisins, des frères et soeurs
Me montraient leur carnet de notes
Je rencontrais leur professeur
Et prélevais quelques quenottes

Mais aujourd'hui je suis trop vieux
Je m'occupe de mes hortensias
C'est étrange comme ils poussent mieux
Qu'ai-je bien pu donc enterrer là ?

Repenti
J'ai trahi

Dans les fourrés, quelque chose bouge
J'aperçois l'ombre d'un sniper
Sur ma poitrine une lumière rouge
Je t'attendais, je n'ai pas peur

Qu'on m'allonge sur mon lit
Sur mon coeur une fleur d'hortensia
Je vais revoir le Stromboli
Je vais oublier la Mafia

Repenti
J'ai trahi

  • Je n'inclus pas de vidéos ou de chansons à écouter parce que comme j'en ai une toute petite (de connexion), je ne me suis jamais penchée sur le principe. Je ne mets pas non plus le lien vers le site officiel de Renan Luce parce que les sites en Flash où tu attends 1/2h avant d'avoir accès à des trucs qui ne marchent pas, ça m'éneeeeeerve ! :o)