En toute logique puisqu'on avait raté le premier rendez-vous, on s'est retrouvés cette semaine pour la réunion collective... où on était deux. Alors il faut savoir que ça se passe dans une (toute) petite pièce louée dans un bâtiment de curetons. Pendant qu'on patientait à l'extérieur le temps que l'entrevue précédente se termine, ceux qui allaient et venaient nous regardaient d'un drôle d'air. On faisait un peu tâche à partager notre point de vue désabusé sur la société avant de rentrer dans la salle... Sainte Marie-Madeleine dont tout un mur était de décoré de phrases religieuses. J'y peux rien, je suis allergique.

Je crois que la personne qui est supposée m'accompagner 3 mois dans la mise en place de mon activité n'a absolument rien compris à ma problématique, ni à celle du mec, d'ailleurs. Mais lui par contre pourrait être en mesure de me filer des tuyaux (puisqu'il a monté sa boîte dans le domaine artistique) et réciproquement. Si c'est de la chance, c'est un beau coup de chance ou alors ça n'arrive pas par hasard.
Elle, elle est programmée pour reconvertir les gens. Elle n'a visiblement jamais entendu parler du principe du portage salarial et je ne suis pas certaine que les 3 mois suffiront pour que je le lui explique.

Malgré la déception suscitée par le contact que j'ai eu avec la boîte qui prend plein de subventions pour sous-traiter des services inadaptés à l'ANPE, j'ai pu discuter avec quelqu'un qui allie la décontraction de ceux qui ont beaucoup vécu et l'esprit incisif et protestataire qu'il faut garder. Arborant presque un tampon "j'ai été à Bénarès" sur sa silhouette ;o) mais en ayant sauvegardé ses neurones. J'ai pu me prouver qu'il n'y a pas que sur internet que des gens sont au courant de l'actualité (la censure des blogs de GIs en Irak, la négation de la famille Blum et d'autres choses moins connues), ont participé aux comités pour la gauche unitaire, vivent dans notre belle région mais savent ce qu'il se passe en ville ces jours-ci, conscients qu'on est entrés en résistance. Une résistance personnelle qui prendra pour chacun la forme qu'il voudra.

Bref, je crois bien, j'espère surtout, que je me suis fait un pote !