Je suis "un peu" à contre-courant, tout le temps. Je me suis déjà fait la remarque il y a fort longtemps : "Mais pourquoi les autres vont toujours dans l'autre sens ?". Heureusement, je n'ai jamais eu à penser ça sur l'autoroute :o) l'inquisition de ma conscience m'a parfois accusée d'en faire une "attitude". Mais non j'assume, sans plus. J'aime le fait de ne pas avoir besoin d'être beaucoup à penser ce que je pense, j'aime me sentir solide dans ma personnalité mais je n'ai pas besoin de me faire remarquer pour me sentir exister. Au contraire, j'ai le respect de mes inclinaisons brutes.

Eh bien... la situation se produit une fois encore et me fait sourire.

J'ai très peu voté. En 81 j'étais civilement trop jeune, en 88 déjà un peu blasée et aux prises avec d'autres soucis. J'ai tenté pourtant, cette fois-là. Il tombait des cordes depuis plusieurs jours, la voiture s'est embourbée dans le chemin et je dois dire que je n'ai pas regretté ce ratage. J'ai du me prononcer en 95 au 2e tour et puis pour quelques élections locales dans une ville que je n'habitais plus. De toute façon jamais avec enthousiasme, toujours un peu agacée de devoir donner une voix à un vieux con "pour pas que ça ne soit pire" et me sentant un peu sale.

Ils ont fini par mettre leurs listes à jour et je n'étais plus inscrite. 2001, 2002 se sont fait sans moi et ça me laissait de marbre. En substance, j'ai quand même la plupart du temps été une fervente abstentionniste. Pour le référendum, je me souviens avoir dit que de toute façon s'ils voulaient le faire passer, ils le feraient et que nos votes ne serviraient à rien. Anarchiste, visionnaire ou flemmarde ? :o)

De retour dans mon bled quasi natal et à l'approche de la fin 2006, mon copain et moi nous sommes réinscrits, dans une optique TSS, sans grande conviction, mais en nous disant que si on souhaitait s'exprimer en 2007 au moins on pourrait le faire. On était assez impressionnés par le tout sécuritaire et ce que ça avait concrètement changé dans notre vie en 2 ou 3 ans de temps.

Aujourd'hui, cette volonté d'abstention gagne presque tous ceux qui défendaient la nécessité de s'exprimer et... moi je me présente aux élections municipales ! :o) Pourtant, je suis totalement d'accord avec eux, et si j'étais dans une ville, avec un enjeu de partis, je m'en laverais les mains.

Mais il se trouve que c'est le village où j'ai grandi, moins d'une centaine d'habitants répartis dans une grande vallée isolée que j'adore. Il ne faut qu'un maire et 8 conseillers. Tout le monde est excessivement serviable, des initiatives intéressantes sont montées (ramassage scolaire...), des repas de village très sympathiques sont organisés quelques fois l'an. L'ambiance du village est très bonne et le maire est compétent.

C'est peut-être la quarantaine qui fait ça : il se trouve que j'ai envie d'être impliquée dans la vie de cette vallée, de participer aux choix qui lui permettront peut-être de rester telle que je l'aime. Il y aura peut-être des billets Made in Monolecte et si c'est le cas j'en sourirai. Mais vous comprendrez que je ne peux pas m'abstenir cette fois-ci même je suis de tout cœur avec vous ! ;o)