Oui, j'adore cette phrase pleine d'espoir. C'est ce que j'aimerais me dire tous les... "matins" enfin quand je me lève, quoi :o)

Oui, depuis le début de l'année je pense à ce blog tous les jours. Je me dis que je vais écrire dès que ça ira un peu mieux, dès que les choses s'arrangeront un minimum. Que j'arriverai à sortir 3 mots plutôt que d'avoir les lèvres soudées, virtuellement aussi. Que ce n'est pas important, presque, tout ça.

Cancer d'un très proche, chat malade grave un samedi soir, moteur de voiture qui explose, Assedic qui coupe les vivres, boulots promis désistements, redressement fiscal (enfin pire), autre chat malade un samedi soir (vi, c'est plus cher les opérations le dimanche avec hospitalisation), cancer d'une personne de la famille proche - choses difficiles à gérer. Compagnon complètement blasé. Boulot payé avec plein d'argent liquide = déposer à la banque parce que trop de charges, impossible de garder 100€ pour les courses (même 30). Manger de la merde. grossir quand même. Plus dormir.

Voilà, j'ai du mal à faire des phrases entières. Je laisse quelques mots sur un nombre très limité de blogs, dont je considère en général les tenanciers comme des amis. Qu'ils se rassurent, je n'attends pas qu'ils se sentent obligés d'avoir les mêmes élans ! :o) Mais mes rencontres IRL ont plus que souvent confirmé mes sentiments.

Des améliorations à tout ça... oui il faut être patient, ou craquer. Ok, c'est pas pour tout de suite. Mais j'aimerais vraiment bientôt dire "Et pourquoi pas demain ?".