Ils me font marrer les stages de "survie" aux demi-saison. Un chapeau et une petite veste imperméable, sa bite et son couteau. Bon bah c'est pas tout ça, mais il va vraiment falloir penser à la survie les mecs, là.

Eh oui, les maisons qui ont été construites ils y a quelques décennies 1) ont perdu leur isolation de m... 2) ont une logique énergétique complètement obsolète... encore qu'avec leur citerne de 5000l (!) de fuel je les trouve moins vulnérables que les apparts faits ou refaits mais pas à faire... tout en convecteurs.

Mais mes grand-parents avaient insisté pour avoir une cuisinière à bois : je ne pense pas bien me débrouiller pour ramoner correctement le morceau de tuyau critique, mais je me suis bien gelé les mains et foutu de la suie partout. Et même après la douche elle est encore là. Où elle se cache la suie ? et ne me réponds pas DMC, merci :-) Et une cheminée. Là où elle est placée c'est pas l'idéal mais ça peut le faire.

D'ailleurs je suis certaine que je vais devoir abandonner ma chambre, la salle de bains et les toilettes... en fait l'étage. Parce qu'il y a une petite dalle de 20 cm et après c'est dehors. Calfeutrer, bricoler...

Bref, les problèmes, ma vrai survie :

En général, orage ou neige (je crois bien que ça l'a fait à la toute petite de l'autre fois), le réseau tombe. Et il faut bien 2 ou 3 jours quand on est les seuls en panne pour le rétablir. Pour le moment ça va, je ne sais pas quel effet le gel peut avoir sur son fonctionnement... ou la chute de neige prévue jeudi, suivie de froids encore plus grands. Mais c'est handicapant de ne pas avoir de portable. Ni d'internet dessus.


Le réseau téléphonique est dans un état pitoyable. Partout le fil pend, raccroché à n'importe quel arbre par les habitants du village; les arbres proches ne sont pas élagués ou coupés et vont certainement peser sur le fil. Le gel va tout faire péter.


MAIS L’ÉLECTRICITÉ !

- plus de chauffage central

- pas de recharge pour les appareils comme le téléphone

- plus de congélo, la pintade va pas être contente, et moi c'est le seul endroit ou j'ai 1 ou 2 truc à bouffer

- MAIS SURTOUT plus d'internet ! (gaaaarrrrrrgleee, je me moeurs).

Et là ça le fait pas du tout. Je suis dépendante à 2 choses et demi :

- Internet - on va même pas en discuter. Si quelqu'un se pointe alors que je cherche une solution parce que je n'ai pas internet depuis plusieurs heures, je crois que je suis capable de lui planter un couteau ;-)

- La musique. ça va de soi aussi. ça me tient chaud, ça construit mon moral, c'est très très important. Elle vient comme la radio, entièrement du net maintenant.

- A boire. On va pas chipoter. C'est vrai que particulièrement si j'ai passé un bon moment à me faire chier (déneiger des trucs...) j'ai vraiment envie d'un apéro, le relâchement de la journée.

Ok ok, comme pour mon introduction, ce dont je parle est futile. Non. Reprenons les London justement. Combien de fois l'espoir a permis au héros de rejoindre son but alors que ses forces physiques étaient au-delà de leur limite théorique ?

Conclusion : oui, j'espère que ça ne va pas être à ce point-là. Mais je sais aussi que c'est très possible, et que si c'est le cas il y a aura plein d'autres choses encore à gérer.

Mais aussi ce dimanche vers 8h30 je me suis déliée d'une contrainte qui me pesait, et je suis encore sous le coup de la liberté retrouvée. Il arrive une épreuve, eh bien je vais y faire face aussi bien que je peux. J'ai le sourire. Tant que j'ai internet tout va bien ;-)